La duplicité sarkozienne

Publié le

Aprés avoir prononcé devant l’assemblée de l’OIT, (organisation internationale du travail) un discours carrément de gauche sur la défense des salariés, la moralisation du capitalisme…, Sarkozy faisait parler son ami Hortefeux sur le sujet de la retraite à 67 ans. A Versaille, il est revenu sur la défense du salariat, sur, encore une fois, la moralisation du capitalisme, et puis il a fait savoir par un de ses servants qu’il n’y aurait pas de coup de pouce au SMIC. D’un côté il en appelle à Jaurès, « travaille un discours de gauche », de l’autre il sert la vis du capitalisme, défend bec et ongle le bouclier fiscal…
Hypocrisie, duplicité, chacun choisira. Mais chacun doit comprendre qu’il est là pour son plaisir personnel d’autocrate, mais surtout pour servir sa caste, celle de la grande finance qui amène à une situation catastrophique pour les peuples, l’environnement, l’avenir même de l’humanité.

Commenter cet article