carnet rose

Publié le

Une page complète dans l’Yonne républicaine pour le mariage de la fille de Mr et Mme. de Raincourt ! Costumes de cérémonie, chapeaux pour les messieurs et pour les dames, plutôt austères pour les messieurs, plutôt colorés pour les dames. Une église de village, le bon peuple invité qui salue. Des ministres nouveaux et anciens, des députés, anciens et nouveaux, un archevêque, un Monseigneur, trois curés, on m’avait dit que pour le curé il y avait pénurie, un soleil de plomb. Ça devait transpirer ferme sous les chapeaux, jaquettes et robes. Les bises n’ont pas claqué sur les joues, chez ces gens-là on pratique le baise main discret et raffiné. Madame fille et Monsieur gendre se sont rencontrés chez Mazars où ils sont conseillers, en chapeaux sans doute.
Mr Homais devait se trouver dans la foule, il y sera allé de son petit discours. Il se sera dit des choses graves, des mots définitifs auront été prononcés,des regards entendus auront été échangés, des « tu », des « toi », des « ils », des « nous » auront claqué sous les chênes centenaires du parc. Champagne, caviar, (ont ils osé ?), on aura dansé peut être plus tard dans la nuit, mais attention ce n’était pas une Rave Party.
Puis on se sera couché, un petit rot, un petit pipi, heureux d’appartenir encore au XX1 ème siècle à ce monde privilégié venu des si loin quand l’aristocratie et la finance faisait alliance.
Ah Flaubert, mon bon Flaubert, comme tu nous a manqué. Je t’imagine sur la place du village, regard gourmand et, retour au gueuloir nous sortir trois quatre bonnes pages, bien juteuses d’ironie. La gazette de l’Yonne les aurait peut être publiées

Commenter cet article

descours 07/07/2009 15:08

bien vu !

Pacco 06/07/2009 20:58

Après cette page de carnet rose, il n'y avait plus de place dans l'YR pour Honoré...
Me permettrai-je une petite suggestion Monsieur Raymont? Votre petite Lucie-là! Vous pourriez pas aussi inviter Rachida pour son baptème? Entre deux avions pour les USA où, paraît-il elle a quelques intérêts "professionnels", entre deux TGV pour Paris où elle est Maire d'arrondissement, entre deux biberons à sa petiote (je sais plus comment elle s'appelle)... eh bien, entre toutes ces occupations, paraît qu'elle est quelques fois à Strasbourg comme députée...
Si ça se trouve Lucie pourrait bien devenir copine avec (je sais plus son nom).
Moi, c'est pas Balzac que j'aurais appelé à la rescousse, c'est Robespierre!...
Amicalement
Pacco