Auxerre n'est pas une terre d'asile

Publié le



Alertés hier soir très tard par les militants de la CIMADE, nous nous sommes retrouvés ce mercredi matin à une vingtaine de personnes devant l’hôtel de police d’Auxerre. Monsieur TALL y faisait l’objet d’une rétention avant expulsion depuis la veille.Sa femme et sa fille, (deux ans et demi) étaient présentes.
Mr TALL est en France depuis 2000, il a vécu de petits boulots sur la région parisienne, plongeur en restaurant, entreprises de nettoyage, maçon..Il y a rencontré sa future femme,ils ont eu une enfant née à Migennes au centre de la croix rouge.Ils ont habité ici et là, pas facile quand on est clandestin d’avoir une adresse fixe. Mr Tall a été arrêté à Cergy Pontoise en Avril et relâché au bout de quelques heures. Aucune notification de retour ne lui a été notifiée depuis. Il a alors voulu, sur les conseils d’un ami qui avait été régularisé il y a quelques mois, faire lui même une démarche de régularisation. Mal lui en a pris, la préfecture de l’Yonne s’est alors transformée en souricière. Emmené à l’hôtel de police il y a passé la nuit.
Cette situation est particulièrement scandaleuse. Au moment où j’écris ces lignes Mr Tall est en route pour Roissy sous escorte policière, sa femme et sa fille, ses amis sont désespérés et scandalisés. A aucun moment il n’a pu défendre son dossier, les membres de la CIMADE qui ont pu le rencontrer dix minutes ce matin se sont vus ensuite refuser l’entrée du commissariat et cela est totalement illégal. J’ai pu rencontrer Mr Tall, après m’être présenté aux policier comme conseiller municipal. Je suis resté près d’une heure avec lui. Nous avons même fini par parler football, et je dois dire qu’il connaît mieux que moi les noms des joueurs sénégalais qui sont venus à Auxerre depuis dix ans.
J’ai alerté la mairie, Marc Picot directeur de cabinet notamment, pour que l’on puisse gagner du temps, trois fois, j’attends toujours que l’on me rappelle.
J’ai demandé à un policier en civil, visiblement responsable de l’opération, que Mr Tall puisse voir une dernière fois sa femme et sa fille avant son départ et que l’on puisse lui donner de l’argent. Il m’a assuré que ce serait possible, mais, quand je suis redescendu de mon entretien, Mr Tall avait été embarqué, sans voir personne, couché et maintenu sans doute entre les deus sièges d’une voiture de police. Je conçois que des policiers doivent obéir aux ordres qui leur sont donnés, mais on peut toujours y mettre la manière et ce matin il n’y avait pas la manière à Auxerre, ni à la préfecture, ni à l’hôtel de police, ni à la mairie hélas.
Nous demandons le retour immédiat de Mr Tall auprès des sa famille, que les nombreuses années qu’il a passées en France pour y travailler soient prises en compte. J’appelle les auxerrois à soutenir ce combat pour la dignité.

Alain RAYMONT
Conseiller municipal
La gauche qui ne renonce pas

Commenter cet article