BREVES

Publié le

Jacques Hojlo

 

Jacques Hojlo ,attaqué sur son bilan d’élu au conseil général depuis un an et on ne l’a effectivement pas entendu depuis, répond qu’il fait un travail de fourmi qui ne se voit pas.

Ce n’est pas gentil pour les fourmis.

 

Interview

 

Dans l’Huma de ce jour une excellente interview de Rémi Lefèbvre, professeur en science politique à l’université de Reims sur les travaux qu’il consacre au parti socialiste, au militantisme et au processus de démocratisation partisane.(extraits) :

« Le PS vit un paradoxe. La crise financière a fragilisée l’aile droite du parti, le centre de gravité du PS s’est déplacé vers la gauche, mais la question du rapport au libéralisme n’a pas véritablement tranchée…

La culture technocratique y est tellement ancrée qu’on pense souvent l’idéologie sous le seul angle programmatique…

Il est à leurs yeux, (des socialistes), impensable de construire un nouveau rapport de force avec le capital tétanisés qu’ils sont par la gestion et leur culture technocratique…

Si cette question (le care) devient le cœur du système idéologique socialiste, la question des inégalités perdra toute sa centralité. Le care, cela peut être une manière de renvoyer aux individus la responsabilité avec, en miroir, l’idée que l’état ne peut pas tout. La question sociale est renvoyée  à chacun et aux individus entre eux…

Derrière les primaires, il existe une conception de l’organisation qui fait le deuil d’un parti de  transformation sociale et où la forme partisane est pensée comme obsolète… »

Commenter cet article