Invitation à G Ferez

Publié le

Invitation à G Ferez

G Ferez n’en finit pas de m’étonner. Pendant des années la question de l’accès aux soins ne l’a absolument pas préoccupé, lui qui pourtant est vice président en charge des questions de santé au conseil régional, et au moment où Auxerre devient un désert médical. A aucun moment ces dernières années  il n’a évoqué la question au conseil municipal. Depuis plusieurs mois c’est là une question que nous soulevons et qui a fait l’objet d’une conférence débat à la maison de quartier rive droite avec le Dr F Cohen président du syndicat national des médecins des centres de santé municipaux.

Et brusquement, ces derniers jours, relayé par l’YR il annonce la création d’une maison de santé. Si nous étions encore dans les petites classes de l’école primaire je dirais, « G Ferez fait qu’à copier ». Seulement voilà il copie très mal et fait des fautes. Eclairons donc sa lanterne et celle des Auxerrois. Une maison de santé est un lieu aménagé aux frais de la commune, voir d’une inter-communalité, qui une fois installé attend qu’un médecin au statut libéral veuille bien venir et à qui généralement on a proposé une somme qui peut être coquette pour le faire venir plus vite à Auxerre plutôt qu’ailleurs. Une fois installé, le ou la médecin en question a toute liberté pour rester ou s’en aller quand il veut en remboursant généralement, mais pas toujours, tout ou partie de sa prime d’installation. Nous restons dans le système de la médecine libérale.

Un centre de santé municipal c’est tout à fait autre chose. La municipalité ou la communauté d’agglomérations construit ou aménage des locaux pour y installer le centre de santé, elle peut également aménager des antennes dans les quartiers où les praticiens se déplaceront certains jours, à certains horaires. La municipalité passe des annonces et embauche des médecins, infirmier(e)s, psychologues, kiné, dentistes… qui seront salariés. Ces hommes et ces femmes auront comme objectifs de travailler en équipe pluridisciplinaire, ils devront jouer un rôle majeur dans le cadre de l’accès aux soins, des opérations de prévention que la ville ou la communauté d’agglo leur prescrira, ils seront également un observatoire de l’état sanitaire des différentes populations et notamment en direction des jeunes et des seniors. Une coordination devra s’établir entre les médecins du centre de santé et les services hospitaliers et ses spécialistes. Aujourd’hui contrairement à ce qui se passait-il y a trente ans, de nombreux jeunes médecins, hommes ou femmes, préfèrent ce régime de salariat et le travail pluridisciplinaire.

Comme on le voit, le concept n’est absolument pas le même et les finalités non plus. Nous avons fait le choix pour demain du centre de santé, G Ferez en incorrigible libéral fait celui de la maison de santé qui a montré ici ou là ses limites mais aussi souvent ses échecs.

J’invite donc G Ferez à mieux se documenter, et si il l’accepte je suis prêt, à mes frais, à l’emmener visiter le centre de santé d’Ivry  et à y rencontrer le Dr Cohen , président du syndicat national des médecins de centre de santé, qui publiait Vendredi une tribune sur cette question dans le journal l’Humanité qu’il trouvera certainement à la bibliothèque municipale.

 

Commenter cet article