LOT

Publié le

C’est l’été et je me retrouve en position de repli dans le Lot pour plusieurs semaines. La maison est en haut d’une colline qui depuis de nombreux siècles abrite un village qui a compté au début du XXième siècle jusqu’à 400 habitants. Aujourd’hui, nous devons être une vingtaine et nous serons vraisemblablement une quarantaine début Août. En hiver le village compte 14 habitants (neuf feux) plus deux couples d’agriculteurs à trois kilomètres environ. Dans un rayon de cinq kilomètres aux alentours, d’autres villages, un peu plus grands, un peu plus petits ont connu le même sort de la désertification. Bruel, rien à voir avec le chanteur, Cenac, Bovila, rien à voir avec le Mexique, Sauzet, qui se donne des airs de gros bourg avec son épicerie et sa boulangerie mais où la poste est en train de fermer, Grézelles et son château tout droit sorti d’un film de Walt Disney, Pescadores, au bord du Lot…

Deux gros villages cependant, au nord, Preyssac, marché le Vendredi, au Sud, Montcuq, prononcer le Q, marché le Dimanche. On parle américain, hollandais, avec l’accent belge, anglais et parfois espagnol. Les plus vieux lotois parlent eux un mélange de français et d’occitan et déjà ici on roule le r sur la langue.

Trois ressources économiques essentielles sur la région, agriculture et élevage mais les agriculteurs vieillissent, le vin de Cahors, et le tourisme. Toulouse à cent kilomètres attire les plus jeunes, la forêt gagne.

A suivre…

Commenter cet article

Meyroune 27/07/2010 04:52


Si tu te promènes dans le canton de Souillac tu pourras découvrir un gentil village du nom de...Meyronne.
Bon été