Nous ne lâcherons rien

Publié le

Deux grands enseignements peuvent être tirés des résultats des élections municipales au niveau national :

La politique menée depuis deux ans par le parti socialiste et les verts sous la double direction du président Hollande et du premier ministre JM Ayrault a été sévèrement condamnée. Sont condamnées notamment les promesses non tenues et le virage vers une politique de l’offre contre une politique de la demande.

Comme jamais dans ce pays l’abstention a encore battu des records, elle marque une défiance profonde des citoyens envers le personnel politique et les commentaires « langue de bois » entendus hier soir des personnalités du PS et de l’UMP n’arrangeront rien.

A Auxerre, G Ferez sauve son siège de 312 voix. Le sursaut d’une partie des abstentionnistes du premier tour et notamment Rive droite a permis ce résultat. C’est mieux ainsi.

Rien cependant au niveau du national comme à celui du local n’est réglé et la crise ne peut que s’amplifier encore.

Au plan national Hollande va continuer la politique de déflation salariale, de cadeaux au patronat, de soumission aux volontés de la commission européenne. Il va sous peu annoncer quelles dépenses publiques il va diminuer drastiquement, (50 milliards), la politique austéritaire a encore de beaux jours devant elle.

Localement G Ferez, encadré de quelques vieux chevaux sur le retour comme Bailly, Soury, Henriat venus tout droit de l’UDI, de l’UMP et du MODEM, ne changera rien et ne prendra aucune décision qui pourrait améliorer même un peu le sort des populations les plus en difficulté et le sursaut nécessaire pour permettre à la ville de trouver un nouvel élan.

Quant à nous pour le Front de Gauche nous allons après la déception continuer notre travail d’explications auprès des habitants revendiquer un véritable travail autour des points importants de notre programme qui reste d’actualité pour un mieux vivre ensemble. Transports gratuits, santé, économie, services publics. Comme nous l’avons chanté sur les boulevards parisiens et dans nos meetings, nous ne lâchons rien. 

Commenter cet article