Premiers constats après "la gueule de bois"

Publié le

Je veux tout d’abord remercier les électeurs qui se sont déplacés Dimanche dernier pour accomplir ce geste que chacun possédant une carte d’électeur devrait faire tout naturellement ; aller voter. Que sur la ville l’abstention ait atteint en moyenne un peu plus de 40% et même 50% sur certains bureaux indique très clairement et surtout pour une élection municipale combien le corps social est malade. Il faudra d’ailleurs bien analyser de quoi il est malade.

Je veux ensuite remercier ceux qui ont voté pour la liste que je conduisais, « pour Auxerre l’humain d’abord ». Merci de leur confiance, merci d’avoir cru, comme nous, que les propositions que nous formulions dans notre programme, sociales, écologiques, démocratiques et économiques pourraient apporter quelque chose de nouveau sur la ville et pour ses habitants. Merci d’avoir voulu qu’elles se réalisent et puissent faire un peu chanter les lendemains.

Hélas, nous sommes déçus comme eux. Nous avons cru réellement, après le petit succès de 2008, (7,5%), après les 10% de Mélenchon sur Auxerre au premier tour de la présidentielle, après une campagne longue et acharnée jusqu’au dernier jour que nous pourrions passer la barre des 10%, être présents au conseil municipal et, peut-être imposer quelques-uns de nos objectifs à G Ferez. Cette histoire-là ne s’écrira pas.

Il faudra analyser et essayer de comprendre les raisons de cet échec, nous le ferons dans les semaines qui viennent. Une chose est déjà certaine nous sommes forcément les victimes collatérales d’un mécontentement profond de la population envers la politique en général et de celle particulièrement du parti socialiste et de Hollande depuis deux ans. L’aggravation chaque jour de la crise, la non prise en compte des espoirs des Français, les promesses non tenues dans tous les domaines, les menottes qui ont été mises à notre économie par la signature d’un traité européen, non renégocié comme promis, d’essence ultra libérale, cela fait à la longue très mal.

Les socialistes, au moins une grande partie d’entre eux, ont oublié les fondamentaux de la pensée socialistes de leurs devanciers. Ils ont oublié Jaurès et ont cru qu’en faisant un accord historique avec le capitalisme du XXI ième siècle, ils pourraient en tirer bénéfice. Ils ont simplement refusé de voir que ce nouveau capitalisme là, rapace, financiarisé et multinational est prêt à tout contre les peuples pour satisfaire chaque jour un peu plus sa volonté de domination de l’économie, des territoires, de la pensée des individus. Ces socialistes-là ont refusé de mener la bataille idéologique contre la pensée libérale ce qui fait dire aujourd’hui à l’un des plus grands capitalistes américains : «  La lutte des classes existe, nous avons gagné la guerre ». Il s’appelle Waren Betty. Pensons une seconde seulement à cette soirée de gala offerte à l’Elysée par F Hollande, il y a quelques semaines aux plus grands des patrons des cinq continents.

Pour revenir à Auxerre mais nous  n’en étions pas loin, dimanche verra le duel Ferez-Larrivé. J’ai eu l’occasion à de nombreuses reprises de les écouter au conseil municipal et hier au cours du dernier débat de la campagne. Qu’est ce qui les sépare sur les plans politiques, économiques et sociaux ? Peu de choses en fait. Ce sont deux libéraux, qui s’accommodent parfaitement des institutions aujourd’hui malades de la Vième République, partisans des partenariats publics privés, carriéristes en politique…Une chose cependant disqualifie totalement à mes yeux G Larrivé et fait une différence notable avec G Ferez. Sa volonté partagée par la « droite décomplexée » de revenir sur un droit fondamental dans notre République, celui du droit du sol. Cela est totalement inacceptable et remettrait en cause l’un des fondements même de nos institutions.

En attendant les résultats de dimanche soir, comme je l’ai fait tout au long de la campagne, y compris publiquement au cours de mon dernier conseil municipal, j’appelle les électeurs en possession d’une carte électorale à ne pas oublier combien furent rudes les batailles au cours de l’histoire pour conquérir le droit au vote universel et notamment pour les femmes, j’appelle, j’exhorte les Auxerrois et Auxerroises à aller voter au deuxième tour des élections municipales.

Et Lundi nous reprendrons le combat pour défendre une autre politique et les projets concrets que nous avons mis en avant durant la campagne. Si l’abattement que nous avons pu connaitre cette semaine était parfaitement légitime, nous devons reprendre le dessus et oublier les désillusions immédiatement.

Commenter cet article

Le Goff 28/03/2014 12:36

Je n'ai pas très bien compris pour qui vous vous préparez à voter.
Pour LARRIVE afin de faire des misères au PS?