REGIONALES

Publié le

ELECTIONS REGIONALES , QUELS ENJEUX POUR

UNE GAUCHE  RENOUVELEE ET RASSEMBLEE.

Je reprends ici pour une bonne partie et sans vergogne, tout en l’adaptant au contexte bourguignon, un texte de Patrick Braouezec, paru dans l’humanité du 14 octobre 2009. Il me semble que ce peut être là une bonne introduction à un futur programme à construire, une manière de texte fondateur.

Les défis que nous avons à relever demain ne pourront l’être que si nous nous attaquons d’abord au clivage destructeur que connaît notre société, à savoir : richesses et formidables atouts d’un côté, souffrances et relégation sociale de l’autre.

C’est là le fondement du projet et du rassemblement de la gauche de transformation sociale et écologique que nous préconisons pour les régionales de 2010.

Pour combattre les inégalités, les ségrégations et les discriminations, il faut que l’institution régionale soit un lieu de résistance plus forte et d’innovations plus audacieuses en faveur de politiques publiques en rupture avec la logique libérale. Les régions si elles sont demain gérées par la gauche de rupture doivent être de véritables laboratoires vivants de ce que pourrait être plus tard, une nouvelle gouvernance nationale.

L’offensive de la droite aujourd’hui consiste à vouloir reprendre le pouvoir régional en même temps qu’elle espère renverser le mouvement de la décentralisation. L’objectif de la droite c’est aussi la mise en concurrence des territoires, (  voir l’objectif métropoles), quand nous, nous disons qu’il faut construire des solidarités entre ceux ci. Cette politique de compétition forcenée entre les territoires a montré qu’elle laisse de côté une grande partie de la population : ruraux, quartiers populaires, et des territoires :zones excentrées ou  enclavées…

A contrario de cette politique, ce que nous voulons ce sont des régions solidaires à l’intérieur de leurs périmètres  et entre elles, ouvertes donc, démocratiques et citoyennes, écologiques et dynamiques.

La Bourgogne a des atouts ; son histoire, (tourisme), des traditions industrielles fortes (sidérurgie, mécanique, agro alimentaire…), des ressources, (bois, rivières et canaux…),un appareil de formation diversifié et qui maille le territoire, une agriculture qui pourrait être plus raisonnée que celle qui se développe aujourd’hui. Elle possède des territoires divers qui font sa richesse et qui peuvent devenir autant de lieux de vie, de création, d’urbanité aussi.

Son avenir harmonieux tient à certaines exigences : qualité urbaine des quartiers, droit effectif à un logement de qualité, accès à la formation professionnelle chaque fois que nécessaire et dans le cadre d’un statut pour les stagiaires, droit à l’emploi, à la mobilité pour tous avec des moyens donnés pour faciliter cette mobilité, désenclavement de certains territoires, agriculture de proximité et développement du bio, développement des nouvelles énergies, accès au haut débit sur l’ensemble du territoire, transports collectifs inter urbain,…

Son avenir réside aussi dans la vitalité démocratique entre les différentes collectivité et dans la participation citoyenne pour concevoir et mettre en œuvre de grands projets d’aménagement.

Son avenir repose sur une nouvelle dynamique associant toutes ses forces ( habitants, associations, élus, entreprises)

Seule cette perspective permettra de solidariser les territoires, de redistribuer les richesses, de donner la priorité à la lutte contre les inégalités et les discriminations.

 

 

RADICALITE ET RESPONSABILITE

Une telle ambition suppose une nouvelle dynamique de rassemblement mêlant l’urgence de la radicalité et l’exigence de la responsabilité.

Radicalité, car il faut faire plus et mieux que ce que le rapport des forces dans la majorité régionale a permis ces dernières années. Face à la droite et par rapport à une partie de la gauche libérale il y a besoin d’une véritable rupture à gauche, plus déterminée à promouvoir intervention publique et services publics, à associer la lutte contre les inégalités et initiatives écologiques, mobilisation en faveur des quartiers populaires et soutien à toutes les mobilisations.

Responsabilité, car il faut investir les lieux de pouvoir pour y porter les exigences des mobilisations sociales, y assumer des choix de gestion, y affronter la détermination des grands choix collectifs.

RASSEMBLER

Il est impératif de réussir ce rassemblement de la gauche de transformation sociale et écologique avec une vocation majoritaire. L’ambition est de le réussir pour exercer des responsabilités politiques institutionnelles sans séparer le moment des luttes et le moment des urnes. L’objectif est donc de contribuer à rassembler au premier tour toutes celles et tous ceux qui sont sur une perspective de transformation : le front de gauche avec le PCF, le Parti de gauche et la gauche unitaire, le NPA, des réseaux militants comme la Fédération,, des militants des quartiers populaires et des mouvements sociaux, mais aussi des militants du PS ou des verts qui réfutent toute alliance avec le Modem. Plus largement elle est de donner la parole aux habitants

Mais rien n’est acquis.

Nous devons tout faire pour que cette perspective réussisse. Elle est décisive pour améliorer et réorienter les politiques régionales et pour dégager une majorité de gauche et battre la droite au second tour.

Le temps est compté. Toutes celles et tous ceux que cette perspective motive doivent débattre dès à présent du contenu des politiques à développer en Bourgogne, des propositions novatrices, écologiques et démocratiques à mettre en œuvre.

En regroupant nos forces, en promouvant une liste de gauche renouvelée et rassemblée, nous pourrons engager une campagne dynamique, imaginative, populaire et citoyenne capable de battre la droite et de changer la gauche.

Commenter cet article