Une lettre du Maire communiste d'allones Sarthe à Mr Gattaz

Publié le

 

(Ci-joint le texte d’une lettre du Maire d’Allones dans la Sarthe, Elle résume parfaitement la situation dans laquelle nous nous enfonçons. Rappelons seulement qu’à la fin des années 70 Mr Gattaz père déclarait avec force que « les profits d’aujourd’hui feront les investissements de demain et l’emploi d’après- demain ». Tel père tel fils, mais les emplois on les attend toujours, par contre pour les profits accumulés tout va bien)

« Pierre Gattaz vient d’adresser à ses organisations territoriales un modèle de lettre à envoyer à toutes les têtes de liste aux municipales pour leur faire part de ses exigences. Sa principale demande consiste à obtenir toujours plus d’exonérations de taxes pour, soi-disant, créer des emplois. Mais de qui se moque le patron des patrons !

Ces dernières années, la taxe professionnelle due aux communes a été supprimée, remplacé par la contribution économique territoriale. Résultat : 6 milliards d’économies pour les entreprises, d’ailleurs souvent pour les plus importantes, et autant de moins pour les collectivités, pour les habitants donc. Parallèlement, le chômage a continué à augmenter. Je le constate chaque jour dans une ville comme Allones.

Comme Maire, j’ai régulièrement des rencontres avec les responsables des entreprises locales pour échanger sur leur situation. Je n’entends d’ailleurs pas chez eux  cette demande obsédante de Pierre Gattaz de tout déréguler. Ils souhaitent souvent, et notamment dans le secteur de la distribution et du BTP, que les habitants et les collectivités aient plus de pouvoir d’achat, car c’est la garantie pour eux d’un développement  de leurs entreprises et donc de l’emploi.

Faut-il rappeler au président du MEDEF que, chaque année, les entreprises bénéficient de 230 milliards d’euros d’exonérations fiscales, auxquels aujourd’hui il va falloir ajouter les 30 milliards d’euros promis  dans le cadre du pacte de responsabilité que veut mettre en place le gouvernement ?

Trop c’est trop ! Résoudre le chômage exige de s’inscrire dans d’autres logiques, notamment en associant tous les intervenants- responsables d’entreprises, salariés, syndicats, élus- afin de mettre en place des propositions mettant au cœur l’humain et faisant contribuer les profits, notamment spéculatifs, au service de l’emploi et des hommes ».

Que chacun médite les propos contenus dans cette lettre, propos auxquels il n’y a rien à ajouter, et que, tous ensemble à l’occasion des municipales et après nous puissions « secouer le cocotier » d’un capitalisme financiarisé qui tue le tissu industriel,  l’emploi et les services publics qui sont la richesse de ceux qui n’en ont pas.

Commenter cet article